L’ascension des prix des propriétés et la hausse des taux d’intérêt hypothécaires devraient, au cours de 2008, entraîner un repli du marché immobilier au Québec.

« Une certaine accalmie est attendue, cette année, puisque l’achat d’une propriété est de moins en moins en moins abordable », estime l’analyste et économiste Hélène Bégin dans la dernière édition de l’Indice de l’habitation Desjardins (IHD).

L’année 2007, par exemple, a donné lieu à une hausse de 10 % (80 000 environ) du nombre de logements vendus sur le marché de courtage et à une augmentation moyenne de 6,5 % des prix.

D’un autre côté, on a dénombré au Québec, l’an passé, 49 400 mises en chantier. Soit 3,6 % de plus qu’en 2005.

Bref, malgré une accalmie appréhendée, le marché va bien. Bien que, à l’instar de la SCHL, le Mouvement Desjardins s’inquiète de ce que 913 logements pour personnes âgées ont été mis en oeuvre à Québec en 2007. « Alors que l’écoulement annuel se situe habituellement entre 300 et 500 », peut-on lire dans l’IHD.

Un ralentissement, à cet égard, est donc à prévoir. Jusqu’à tirer « le total des mises en chantier provinciales vers le bas ».

Malgré les déboires du marché immobilier américains que la presse ne cesse de marteler, soutiennent les services économiques du Mouvement Desjardins, la demande d’habitations, chez nous, reste solide. D’autant qu’elle « n’a pas été gonflée artificiellement par la multiplication des prêts à risques, contrairement à ce qui s’est passé aux États-Unis ».

Auteur : Angers, Gilles
Source : Le Soleil, samedi, 9 février 2008
Numéro de document : news•20080209•LS•0122

consequat. velit, non Lorem venenatis, ipsum