Un nouveau sondage réalisé auprès des consommateurs canadiens révèle que l’Internet demeure un élément-clé du processus d’achat. L’étude effectuée par Ipsos-Reid démontre que 85 p. 100 des consommateurs, qui ont accès à Internet et qui ont fait l’acquisition d’une maison au cours des deux dernières années, ont eu recours à ce dernier dans le but de dénicher leur maison plus rapidement. Soixante-dix-huit pour cent des gens sondés ont affirmé que le Web a joué un rôle significatif dans le processus d’achat. Un sondage réalisé en 2001 révèle que 80 p. 100 des répondants ont déclaré avoir navigué sur le Web, dans le but de trouver une maison qui leur conviendrait.

Dans l’ensemble, le rapport réalisé par Ipsos-Reid démontre que les Canadiens qui ont entamé des recherches immobilières en ligne en sont satisfaits. Quatre-vingt-trois pour cent d’entre eux affirment que l’accès à Internet leur a permis de visiter davantage de maisons, et 65 p. 100 ont déclaré que le Web leur a fait économiser du temps. Cinquante-sept pour cent ont fait remarquer que le cyberespace leur a permis de dénicher plus rapidement la propriété qu’ils recherchaient.

Le sondage révèle également que l’AGENT IMMOBILIER joue un rôle déterminant dans la transaction. Trente-huit pour cent des répondants ont affirmé que l’AGENT IMMOBILIER est une personne expérimentée et bien informée, qui est au fait du marché et de la procédure à suivre. Par ailleurs, 19 p. 100 ont déclaré que le service personnalisé qu’offre l’AGENT IMMOBILIER est utile.

« Cette recherche révèle principalement que les AGENTS IMMOBILIERS sont tenus d’intégrer l’Internet dans l’ensemble de leurs activités commerciales », affirme Rhys Gibb, Gestionnaire principal de la recherche chez Ipsos-Reid. « Le secteur immobilier canadien n’a pas hésité à adopter l’Internet, en raison des avantages qu’il offre aux consommateurs qui sont à la recherche d’un logement. Les Canadiens se tournent vers cette ressource lorsqu’ils sont à la recherche d’une nouvelle demeure. »

Même si les consommateurs ont eu recours à Internet, ils ont toutefois identifié des inconvénients relativement à la présentation de renseignements immobiliers en ligne. Dix-neuf pour cent ont affirmé que l’information était limitée et incomplète; 16 p. 100 ont déclaré qu’il n’y avait pas assez de renseignements disponibles pour prendre une décision; et 10 p. 100 ont fait remarquer que le choix était trop restreint.

L’utilisation de l’inforoute, en tant que ressource de renseignements immobiliers, ne se limite pas à ceux qui sont activement à la recherche d’un logement. Parmi les répondants qui n’avaient pas fait l’acquisition d’une maison au cours des deux dernières années, et n’avaient pas l’intention de se porter acquéreurs d’une résidence au cours des deux prochaines années, 42 p. 100 ont affirmé avoir recueilli des renseignements à l’égard de certaines propriétés.

L’étude effectuée par Ipsos-Reid porte également sur l’utilisation globale de l’inforoute au Canada. Soixante-quatorze pour cent des Canadiens affirment avoir accès au cyberespace à la maison ou au bureau. La plupart d’entre eux (62 p. 100) ont un accès en direct de la maison, soit le type d’accès le plus populaire en Ontario, au Québec et en Alberta. Un Canadien sur dix affirme qu’il peut également avoir accès à Internet par l’entremise d’un appareil sans fil, y compris un assistant numérique. (ACI 07/10/2003)

eget at efficitur. facilisis Sed ipsum id id felis Phasellus