OTTAWA, le 27 janv. /CNW Telbec/ – L’Association canadienne de l’immeuble
(ACI) fait bon accueil aux initiatives du gouvernement fédéral en vue de
stimuler la croissance économique, telles qu’elles sont décrites dans le
budget de 2009, particulièrement celles qui encouragent l’accession à la
propriété. L’Association tient à féliciter le gouvernement d’avoir reconnu
l’importance sur le plan économique de l’industrie du logement dans certaines
de ses mesures budgétaires.

« Les changements annoncés relativement au populaire Régime d’accession à
la propriété aidera les Canadiens et Canadiennes à s’acheter une maison, et à
le faire d’une manière responsable, sans exercer trop de pression sur les
contribuables », ajoute M. Lindberg.

Les résultats d’une recherche réalisée pour le compte de l’ACI par Altus
Group révèlent que chaque transaction immobilière résidentielle conclue au
Canada génère 32 200 $ en dépenses de consommation accessoires. L’étude a
également démontré que, grâce à ces retombées avantageuses, il se crée chaque
année 94 700 emplois directs à temps plein. L’étude est affichée sur le site 
www.crea.ca.

« Le gouvernement fédéral a trouvé un moyen de créer des stimulants
économiques et des initiatives de logement qui intéressent des groupes
particuliers, ainsi que les Canadiens et Canadiennes qui cherchent à s’acheter
une première maison, ou encore une autre résidence », renchérit M. Lindberg.
L’ACI avait proposé que le gouvernement fédéral réponde à cette demande en
augmentant la limite d’emprunt prévue par le Régime d’accession à la propriété
(RAP), dans le but de stimuler le marché de l’habitation.

Ce Régime, qui fut instauré en 1992 par un gouvernement conservateur et
rendu permanent par un gouvernement libéral en 1994, jouit d’un appui solide
sur le plan politique et de la part des consommateurs. Grâce au RAP, les
acheteurs de première maison pourront maintenant emprunter à leurs REER
jusqu’à concurrence de 25 000 $ afin d’avoir accès au versement initial en vue
de l’achat d’une résidence. Le Régime n’a plus l’effet qu’il avait il y a 16
ans, ni n’est-il aussi pertinent qu’il l’était à l’époque, lorsque 20 000 $
représentaient 13,3 p. 100 du prix d’une maison moyenne, comparativement à
environ 6,5 p. 100 en 2008.

De plus, l’Association croit que la réussite du programme de crédit
d’impôt proposé pour la rénovation résidentielle sera déterminée en fonction
de l’efficacité de son administration et de sa promotion.

Un sondage réalisé en 2008 pour le compte de l’ACI par IPSOS Reid a
révélé que seulement 12 p. 100 des propriétaires avaient participé à un
programme de rénovation résidentielle ou d’efficacité énergétique offert par
le gouvernement au cours des 10 dernières années. Ce même sondage rapporte que
pour 36 p. 100 des répondants, il était une priorité pour eux de remplacer
leurs fenêtres dans le but d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs
maisons, alors que 27 p. 100 ont affirmé qu’ils ajouteraient de l’isolant
thermique.

« Bon nombre de Canadiens et Canadiennes qui sont propriétaires d’une
maison s’intéresseront à participer au programme de crédit d’impôt », fait
savoir le président de l’ACI, « mais le succès du programme dépendra en partie
de l’accessibilité à des épargnes ou au crédit, puisqu’il faudra régler les
dépenses avant d’avoir droit au crédit d’impôt. »

L’Association fait bon accueil aux initiatives du gouvernement fédéral
qui encouragent l’accession à la propriété et l’amélioration de nos
communautés canadiennes.

« Les AGENTS IMMOBILIERS accueillent favorablement les mesures annoncées
dans le budget pour les secteurs du logement des autochtones et du logement
social comme des initiatives qui aideront à loger les gens dans le besoin et à
moderniser des logements existants », ajoute le président de l’ACI, Calvin
Lindberg.

Dans le cadre du Forum urbain mondial tenu à Vancouver en 2006, l’ACI
avait initialement demandé aux gouvernements de s’attaquer à plusieurs
problèmes qui avaient une incidence négative sur l’accession à la propriété
des autochtones. L’analyse à laquelle s’est livrée l’Association à l’égard du
logement des autochtones est disponible dans un livret affiché sur le site 
www.crea.ca. « Les initiatives de dépenses budgétaires aident à traiter la
qualité du logement des autochtones, et la qualité de vie dans les réserves
canadiennes. Les questions relatives au droit à la propriété sont des sujets
tout aussi importants dans les réserves, et le gouvernement s’engage dans son
budget à s’attaquer à cette question également », affirme Monsieur Lindberg.

eleifend Aenean massa sed dolor fringilla mi, libero. commodo Aliquam sit Donec