Bonne nouvelle pour les propriétaires de maisons et peut-être pour leurs agents immobiliers: les prix montent partout au Canada en juillet et certaines régions ont regagné tout le terrain perdu.

Photo: Associated PressC’est ce qui ressort de l’indice Teranet-Banque Nationale, recensant les six principales villes du pays, qui a été publié ce matin.

À l’échelle canadienne, les prix ont progressé de 1,62% en juillet comparativement à juin. C’est la première fois en 13 mois que toutes les régions connaissent une progression et le troisième mois consécutif de hausse pour l’indice national. Sur un an, c’est un recul de 5,1% qui a été enregistré.

Pour la région de Montréal, les prix ont augmenté de 0,67% en juillet, alors que la croissance état de 1,2% en juin. La hausse sur un an s’élève à 2,7%.

La moitié des territoires couverts par l’indice ont récupéré les pertes causées par la crise financière, soit Montréal, Ottawa et Halifax. Pour ces trois régions, le sommet avait été atteint en juillet 2007.

L’amélioration du marché est fondée sur une augmentation des ventes et sur une baisse des inscriptions pour les propriétés à vendre.

Comme la comparaison des prix des maisons se fait surtout sur une base mensuelle, les nouvelles sont bonnes explique Marc Pinsonnault, économiste principal à la Financière Banque Nationale.

«Le renversement de tendance des prix des maisons s’étant étendu à toutes les régions métropolitaines couvertes en juillet, la correction du marché appartient désormais au passé», dit-il.

«En d’autres termes, ajoute l’économiste, la variation négative des prix que l’indice composite continue d’afficher sur une base annuelle est loin d’être généralisée. La situation contraste radicalement avec celle que reflète l’indice Case-Shiller des États-Unis, où aucune des 20 villes couvertes n’a connu d’augmentation des prix des maisons au cours des 12 derniers mois. Selon l’Association canadienne de l’immeuble, les conditions du marché canadien sont restées propices à des hausses de prix en août.»

Teranet et la Banque Nationale calculent leur indice à partir des prix des maisons qui ont changé de main au moins deux fois. Le travail de pondération est fait à partir des valeurs enregistrées lors du recensement de Statistique Canada en 2006.

Source : Canoe

Aenean massa amet, ante. commodo ut ut at venenatis id, justo