Le décor a plus d’importance pour les hommes (41 %) que pour les femmes
(30 %)

TORONTO, le 16 fév. /CNW/ – Le vieil adage voulant qu’on n’ait qu’une
chance de faire une première impression réussie s’applique particulièrement
bien aux vendeurs qui font visiter leur maison alors que le marché, comme
aujourd’hui, est très concurrentiel. Le marché du printemps approche à grands
pas, et beaucoup de propriétaires se demandent quoi faire pour préparer le
mieux possible leur maison à la mise en vente. D’après un sondage réalisé
auprès d’acheteurs potentiels, dont les résultats ont été publiés aujourd’hui
par Services immobiliers Royal LePage, les vendeurs auraient avantage, avant
de faire visiter leur maison, à en faire plus autour de la maison que les
rénovations nécessaires. En fait, l’amélioration de la décoration contribue à
donner une bonne impression aux acheteurs et peut même avoir un effet sur la
valeur marchande de la résidence.
Le Sondage 2006 de Royal LePage sur l’embellissement des maisons avant
leur mise en vente (réalisé par Maritz Research) révèle que les rénovations
rehaussent souvent la valeur d’une résidence, mais qu’il peut être nuisible
d’avoir trop d’éléments d’un style unique au moment de la mise en vente.

Trente-six pour cent des acheteurs potentiels interrogés se déclarent disposés
à payer plus cher pour une maison au décor remis à neuf. Fait étonnant, ce
sont plutôt les hommes que les femmes qui considèrent la décoration comme une
nécessité : 41 pour cent des hommes et 30 pour cent des femmes se disent
disposés à payer plus cher pour une maison dont la décoration a été
rafraîchie.
 »La première impression est la clé de l’immobilier : les acheteurs se
font souvent une idée d’une maison quelques minutes à peine après en avoir
franchi le seuil, » affirme Dianne Usher, directrice principale de Services
immobiliers Royal LePage. « L’immobilier commence à ralentir dans beaucoup de
marchés canadiens; il devient donc encore plus crucial d’impressionner les
acheteurs. La meilleure façon d’y arriver, c’est de combiner les bonnes
rénovations et un décor moderne et de bon goût. »
D’ajouter Mme Usher : « C’est un espace contemporain, sans trop d’objets
personnels et de couleur neutre, qui plaît au plus grand nombre d’acheteurs et
qui donne les meilleurs résultats pour la vente d’une maison. »
Interrogés à savoir pour quel type d’améliorations ils seraient enclins à
payer un supplément, 79 pour cent des acheteurs se déclarent disposés à payer
plus cher une maison dont on a rénové la cuisine. En revanche, moins de la
moitié (42 %) de ces acheteurs disposés au départ à payer plus cher
accepteraient de verser plus d’argent pour une cuisine rénovée dans un style
qui n’est pas de leur goût (sept points ou plus sur une échelle de 1 à 10, où
10 signifie « très probable que je paierais quand même plus cher »).

Proportion d’acheteurs
 disposés à payer plus
 cher pour chaque
caractéristique

Cuisine rénovée 79 %
Salle de bain rénovée 73 %
Fenêtres neuves 70 %
Planchers neufs 62 %
Décor modernisé 36 %

En outre, si 47 pour cent des acheteurs déclarent que la nécessité
d’effectuer des rénovations majeures est le facteur qui aurait l’influence la
plus négative sur leur décision d’achat, une proportion d’acheteurs non
négligeable (11 %) est d’avis que le besoin de changements majeurs à la
décoration aurait le plus d’incidence sur leur décision. Seulement six pour
cent des acheteurs affirment que c’est la nécessité d’effectuer des
rénovations mineures qui aurait l’influence la plus négative sur leur décision
d’achat.
 »On ne vend pas une maison comme on l’habite. Si vous faites des
rénovations dans le but principal d’en augmenter la valeur en vue de la mettre
en vente, il faut que ce soit dans le style qui plaira au plus grand nombre
d’acheteurs », explique Timothy Badgley, décorateur et propriétaire d’Acanthus
Interiors, à Port Hope, en Ontario. « Les rénovations n’ont pas toutes la même
valeur. Le style et le décor ont une importance particulière dans le cas des
rénovations importantes, parce que la modification de ces aspects coûtera cher
à l’acheteur, un facteur qui peut devenir prépondérant lors de la décision
d’achat. »

Ce que les gens achètent, c’est un milieu de vie, pas une maison

Pour les experts de l’industrie, « embellir » une maison consiste à faire
le grand ménage et à la décorer afin de bien présenter ses caractéristiques et
de la rendre plus attrayante aux acheteurs potentiels. L’embellissement repose
sur des techniques simples que n’importe qui peut mettre à profit pour créer
une forte impression chez le visiteur, ce qui peut faire toute la différence
quand il s’agit de vendre une maison rapidement et à sa pleine valeur.
Si l’illusion de l’espace entre pour une bonne part dans l’embellissement
d’une maison, il peut être nuisible d’avoir trop d’espace vide. Interrogés sur
l’état dans lequel ils préfèrent voir une maison qu’ils envisagent d’acheter,
une majorité d’acheteurs (56 %) déclarent qu’ils préfèrent visiter une maison
vide, tandis que 23 pour cent des acheteurs préfèrent visiter une maison
meublée. Timothy Badgley affirme cependant que c’est une erreur de ne pas
placer quelques meubles dans les espaces vides pour les embellir.
 »Les gens achètent un milieu de vie, pas une maison », explique-t-il. « On
pense souvent à tort qu’en visitant des maisons vides, on aura une bonne idée
de l’espace disponible, mais en fait, il est difficile de bien s’imaginer les
dimensions d’une pièce s’il n’y a pas quelques meubles et autres objets qui
servent de point de référence. »
M. Badgley ajoute : « Dans une pièce vide, l’acheteur risque davantage de
s’attarder à des détails négatifs au lieu de se faire une idée de l’espace
global et de la continuité entre les pièces. »
Aussi, dans un espace de forme irrégulière, l’acheteur aura souvent
beaucoup de mal à visualiser l’aménagement des meubles. Il est d’autant plus
important de mettre en scène les pièces vides dans les petites maisons, où il
est parfois difficile d’évaluer s’il y a assez de place pour les meubles.
 »Avec la croissance des projets de copropriété, nous constatons une
nouvelle tendance à mettre en scène les appartements condominiaux vides »,
affirme Mme Usher. « Dans les nouvelles unités, l’espace tend à être très
restreint, et les acheteurs ont souvent du mal à visualiser la façon d’y
installer leurs meubles. L’embellissement aide vraiment l’acheteur à se voir
dans l’espace. »

Il s’agit de plaire à tous les sens

La plupart des vendeurs savent que la propreté et l’ordre général ont de
l’importance pour les visiteurs; cependant, beaucoup négligent l’importance
d’éliminer les odeurs. D’après le sondage, 53 pour cent des acheteurs croient
que les odeurs fortes comme celle des animaux ou de la cigarette ont davantage
d’incidence sur leur impression d’une résidence que la propreté et l’ordre
général, les murs de couleurs vives, la vétusté de la façade ou l’aménagement
paysager.
 »Souvent, les gens qui fument ou qui ont des animaux de compagnie sont
tellement habitués à l’odeur qu’ils ne la remarquent pas », explique Dianne
Usher. « Nous recommandons toujours à nos vendeurs de demander l’avis de
quelqu’un sur leur maison afin de savoir comment les acheteurs potentiels la
verront. »

On veut bien investir de l’argent dans une maison « idéale », mais pas du
temps dans la rénovation

D’après le sondage, les acheteurs sont disposés à payer le prix
nécessaire pour trouver la maison de leurs rêves, et la majorité d’entre eux
préféreraient payer une maison plus cher que d’investir du temps à la rénover
eux-mêmes après l’avoir achetée. Les résultats indiquent que 63 pour cent des
acheteurs préfèrent une maison plus chère qui n’a pas besoin de rénovation
qu’une maison moins chère qu’ils devront rénover.
En outre, si 65 pour cent des acheteurs sont d’avis qu’il faut dépenser
plus de cinq mille dollars pour moderniser une maison qu’on vient d’acheter de
façon à la rendre à son goût, une majorité d’acheteurs (57 %) accepteraient
tout juste de passer jusqu’à six mois à moderniser la maison qu’ils
viendraient d’acheter, tandis que neuf pour cent des acheteurs envisagent
uniquement d’acquérir une maison n’ayant pas besoin de changement.

Autres résultats du sondage

Cinquante-huit pour cent des acheteurs interrogés se déclarent
disposés à prendre une décision après avoir visité 10 maisons ou
moins, tandis que 11 pour cent des acheteurs croient qu’il leur
faudra visiter plus de 20 maisons pour prendre une décision en
connaissance de cause.
- Une majorité écrasante de répondants (83 %) considèrent assez ou
très importante l’évaluation que fera leur agent de la maison. Cela
veut dire que le vendeur doit impressionner à la fois les acheteurs
potentiels et les agents, qui sont des experts du marché local.
Cette dynamique fait monter la barre pour quiconque veut vendre sa
maison.
- Interrogés à savoir quelle pièce de la maison a le plus d’incidence
sur leur décision d’achat, 52 pour cent des acheteurs répondent que
c’est la cuisine et 25 pour cent, le salon. Pour une proportion
étonnamment faible d’acheteurs (5 %), c’est la salle de bain qui a
le plus d’incidence.
- Vingt-sept pour cent des répondants cherchent à acheter une maison
ou une copropriété d’ici cinq ans.

Le sondage Royal LePage sur l’embellissement de sa maison avant de la
mettre en vente a été réalisé par la firme Maritz Research, du 26 au
31 janvier 2006. Ce sondage se fonde sur un échantillon de 2 002 Canadiens
adultes, sélectionnés au hasard. Plus précisément, la recherche portait sur
les personnes qui pourraient acheter une maison ou une copropriété d’ici cinq
ans. Etant donné cette particularité de l’auditoire cible, seulement 508 des
personnes interrogées répondaient aux critères du sondage. Avec un échantillon
de cette taille, la marge d’erreur des résultats est de +/- 4,35 pour cent,
19 fois sur 20. Ces données ont été statistiquement pondérées pour s’assurer
que la composition régionale et la composition âge/sexe de l’échantillon
reflètent la population canadienne actuelle selon les données du recensement
de 2001.

Royal LePage est le plus important fournisseur de services de franchises
du Canada pour le courtage immobilier résidentiel, grâce à son réseau comptant
plus de 11 700 agents et représentants dans 600 emplacements au Canada et
opérant sous les noms de marque Royal LePage, Johnston and Daniel, Trans-
Action et Realty World. Royal LePage gère le Royal LePage Franchise Services
Fund, fonds de titres à revenu fixe inscrit à la Bourse de Toronto, sous le
symbole « RSF.UN ». Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le
site www.royallepage.ca.

pulvinar Praesent felis id, quis, tristique velit, sed